La conquête du passé

Aux origines de l’archéologie

165 x 240
394 pages
Broché avec rabats
Design Valérie Gautier

26 €
ISBN 9782373680454

Interforum

En librairie le 22 octobre 2020

Ce livre est une tentative d’archéologie de l’archéologie, une enquête sur le savoir de ceux qu’on appelle depuis l’Antiquité romaine les antiquaires. Contrairement à une idée répandue, l’archéologie entendue comme l’étude des vestiges du passé n’est pas une invention de la Renaissance. Elle était déjà familière aux scribes d’Assyrie, d’Égypte ou de Chine, elle était discutée par les sophistes d’Ionie, et mise en pratique par les historiens de Rome. Qu’il y ait eu des hommes avant Adam, voilà la révélation scandaleuse du XIXe siècle. Pourquoi cette antiquité de l’homme, connue des Assyriens, des Égyptiens et des Perses, a-t-elle été mise à l’écart par la révélation biblique ?
En suivant une piste qui part d’Hésiode et de Lucrèce, à travers la tradition judéo-arabe et Giordano Bruno, pour arriver au génial et méconnu Isaac La Peyrère, la petite musique des préadamites nous découvre un pan des mystères de l’histoire naturelle et si décriée de l’homme. Cette histoire n’est pas une succession harmonieuse de progrès, mais la redécouverte et l’interprétation, souvent erratique, d’observations dont la mémoire s’était perdue. Elle n’a pas été faite par les seuls antiquaires : de Khaemois, fils de Ramsès II, en passant par Nabonide, roi de Babylone, à l’érudit romain Varron, un même goût du passé associe les hommes les plus divers. Plus tard, saint Augustin, les clercs des abbayes médiévales, Pétrarque, Rabelais, Raphaël, Rubens, Newton, Diderot, Jefferson et Goethe apporteront leur note particulière à la passion des hommes pour les traces du passé.

Alain Schnapp est professeur d’archéologie grecque à l’université de Paris-I. Il s’intéresse particulièrement aux méthodes de l’archéologie et à son histoire. Il a dirigé l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) depuis sa création jusqu’en 2005.

Table des matières